• Giovanna Bozzato Russo

Fourmis versus cellule

Tout a commencé en lisant le livre de Cleo Bertelsmeier,"Les guerres secrètes des fourmis" Édition Favre SA


J'ai été toujours fascinée par ce peuple aussi petit et aussi bien organisé!

Leur structure sociale, leur assiduité, leur far-niente...

Chacune semble savoir exactement quoi faire ou ne pas faire! Ainsi j'ai acheté le livre.

A moment donné on lit:


"Chez les fourmis pot-de-miel (du genre Myrmecocystus), une partie des ouvrières fait office de ... conteneurs de nourriture! Ce sont des fourmis rondes comme un ballon de foot quand elles ont l'abdomen distendu par la réserve de miellat que leurs sœurs ont collecté avant de le stocker dans leur ventre. Ces ouvrières bonbonnes passent leur vie à pendre du plafond de leur nid souterrain, comme des raisins suspendus prêts à être mangés. Elles peuvent régurgiter la nourriture quand la colonie en a besoin..."[1]


Une question m'a poursuivi pendant plusieurs jours:


Comment des fourmis peuvent passer leur vie de cette sorte?


Bien sûr il est expliqué que c'est pour répondre aux besoins de la colonie, néanmoins ce sacrifice volontaire de ces êtres m'a laissée étonnée!


En relisant des notes d'un cours récemment suivi, je tombe sur une phrase "la collaboration des cellules" que j'ai écrite en marge d'une feuille.

D'un coup en me promenant dans la nature l'association me vient:


Collaboration de cellules = collaboration de fourmis


Chaque cellule de notre organisme participe à notre équilibre et notre santé, à notre survie, de la même façon chaque fourmi participe au succès de sa colonie afin d'en assurer la survie.


Les cellules ne peuvent pas choisir de partir ailleurs, j'entends les cellules de la vessie sont là, ne peuvent pas choisir de devenir les cellules du foie par exemple! Elles meurent elles sont remplacées mais leur vie est déterminée!


Ainsi en est pour les fourmis.


En conclusion, j'ai pensé que de la même façon l'individu, unique et multiple, représente la "cellule" de la terre, la terre est celle de l'univers et ainsi de suite!


Bien sûr la réflexion ne s'arrête pas là.. 'est un point de départ!


Bien à vous,


Giovanna


[1] Cleo Bertelsmeier, Les guerres secrètes des fourmis - Sexe, meurtres et invasions territoriale, Éditions Favre SA, 2019

Posts à l'affiche
Posts Récents